Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/PORTRAITS/Pierre Thomas /Le pasteur Pierre Thomas (1760-1822)

Le pasteur Pierre Thomas (1760-1822)

07/06/2011 - Lu 1963 fois
Article de Jeanne Vigouroux

 

Le pasteur Pierre Thomas

1760-1822


 

Le pasteur Pierre Thomas né à Eymet en 1760, vient seconder le pasteur Marche à Sainte-Foy-la-Grande en 1782. Il assure le culte aux Lèves avec un autre pasteur, J.Jay. Il épouse Melle Gentillot dont la famille possède les Bouhets (leur fille épousera Pierre Broca médecin de Sainte-Foy, leur petit-fils est le célèbre Paul Broca).

Membre actif de la Société des Amis de la Constitution de Sainte-Foy-la-Grande, il est très lié à P.A. Garrau qui fréquente comme lui la loge de La Persévérance fondée par le pasteur Marche en 1747. P. Thomas défend avec ardeur la Convention montagnarde contre les « dérives » des Girondins le 24 juin 1793.

A Bordeaux, il est appelé à siéger à la commission militaire réorganisée par Ysabeau et Tallien le 23 pluviôse an II à côté de J.B. Lacombe (ancien « régent d’écriture » à Sainte-Foy) de mars à mai; c’est la période la moins sévère de la commission (dix-huit condamnations à mort contre cinquante les trois mois précédents sous la férule d’Ysabeau et Tallien).

P. Thomas, ardent Montagnard, fonde le club de La Ferraille pour soutenir M.A. Jullien représentant en mission envoyé par Robespierre pour surveiller Ysabeau (dès Floréal an II). Malgré tout Ysabeau le choisit comme un des huit citoyens du Directoire du département le 5 Messidor an II. P. Thomas y siège peu de temps (du 5 au 20 Messidor an II) car il devient maire de Bordeaux sur les instances de M.A. Jullien , le 21 Messidor.

Après la chute de Robespierre, J.B. Lacombe qui préside le tribunal révolutionnaire est à son tour condamné à mort et guillotiné. Sa tête est placée sur une pique est promenée dans Bordeaux Thomas intervient pour mettre fin à ces excès. Bien que mis en place par Jullien, il reste maire de Bordeaux. P. Thomas paraît d’autant plus ferme dans ses convictions qu’il est mesuré dans ses actes et respectueux de la dignité des personnes.

Le 12 brumaire an III, P. Thomas et cinq de ses concitoyens délégués auprès de la Convention demandent l’abrogation du décret du 6 août 1793 qui avait mis hors la loi les fédéralistes et les partisans des Girondins. Ce qui fut obtenu grâce à l’appui d’Ysabeau et de Paganel. Le nom de Gironde est rendu au département (rebaptisé Bec d’Ambès). P. Thomas rend en même temps visite à Jullien qui a été emprisonné. P. Thomas est alors victime d’une cabale. Son nom apparaît dans le « Livre rouge » comme « homme de sang et dénonciateur qui ont le plus signalé leurs atrocités à Bordeaux pendant le régime affreux de l’an deuxième de la République »

P. Thomas regagne alors Sainte-Foy où il se lie plus étroitement à PA Garrau. Dès le 8 messidor an VII (26 juin 1799) il est nommé commissaire du Directoire exécutif près l’administration du département de la Gironde. Il lutte contre le brigandage. Toutefois trop proche des membres du club de la Ferraille devenus de farouches babouvistes il dût démissionner (brumaire an VIII).

Elu pasteur à Bordeaux le 20 floréal an XI (10 mai 1803) il est vivement critiqué pour son attitude pendant la Terreur. P. Thomas justifie son action. Néanmoins il est choisi alors par le consistoire de Sainte-Foy (28 ventôse an XII).

A la Restauration, P. Thomas, victime de la Terreur blanche, est l’objet de vexations multiples. Révoqué en 1816, il demande un passeport pour La Rochelle et compte s’expatrier. Finalement il reste en France. Il est alors assigné à résidence à Roquefort près de Mont-de-Marsan

Revenu aux Lèves dès février 1817, il songe à la création d’un collège de hautes études protestantes à Bordeaux. Il n’obtiendra sa réintégration qu’en 1820 comme pasteur de Montcaret. Décédé à Libourne le 5 septembre 1822, le pasteur Thomas est enterré au cimetière familial des Bouhets.

Jeanne Vigouroux

Les Commentaires

Aucun commentaire
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | addicious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |
Article précédent : Histoire de Sainte-Foy-la-GrandeArticle suivant : Jean Jay (1743-1807)