Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/PORTRAITS/Charles Sinsout /Charles Sinsout (1889-1985)

Charles Sinsout (1889-1985)

19/05/2010 - Lu 2713 fois
Article de Jacques Puyaubert

 

Le souvenir du « président Sinsout » reste bien vivace en Bergeracois. Cet élu radical est surtout connu pour ses initiatives en faveur du monde agricole avant comme après la Seconde Guerre mondiale. Né à Villamblard (Dordogne), il fit ses études à Henri IV à Bergerac, puis une licence en droit à Bordeaux. Promis au notariat, il change d’orientation après son mariage, en 1920, avec Renée Chevalier. Il reprend la propriété de la famille maternelle aux Quatre Ormeaux à Port-Sainte-Foy. Il a mené de front une brillante carrière rugbystique à l’USBergerac avec laquelle il sera champion de France comme demie de mêlée, puis au Stade bordelais et au Stade foyen. Il entre par paliers en politique, conseiller municipal dès 1925, puis 1er adjoint au maire de Port-Sainte-Foy de 1935 à 1959. Adhérent du parti radical dès 1923, il conquiert le canton de Vélines en 1931 en battant le conseiller sortant Clergerie. Il construit son fief en Vélinois qui lui restera fidèle jusqu’au bout.

Sinsout est à l’origine de la structuration du monde agricole pendant l’entre-deux-guerres avec la fondation du syndicat des Planteurs de Tabac et surtout avec la mise en place des premières assurances agricoles. Sa grande réalisation sera la coopérative viticole de Port-Sainte-Foy en 1935, réunissant plus d’une centaine de viticulteurs autour de son projet. Favorable à la Résistance et au général de Gaulle, il n’exerce aucune fonction officielle sous Vichy.

A la Libération, Sinsout retrouve ses mandats, dont le siège de conseiller général, grâce à des succès électoraux éclatants. A l’intérieur de la famille radicale périgourdine, il prend un rôle important aux côtés d’Yvon Delbos, puis défend la réintégration de Georges Bonnet. Il donne un nouvel essor aux assurances agricoles (la CLAMA) et fonde, en 1959, la coopérative fruitière Valcodor.

Réticent devant le gaullisme politique, il devient un opposant au régime présidentiel de la Ve République. Elu sénateur en 1959, il voit son élection invalidée. Mais il est réélu aisément en octobre 1959, il rejoint la Gauche démocratique. En 1962, Sinsout est un acteur clé de la réunification de la famille radicale en Dordogne. Il abandonne ses mandats locaux et nationaux au début des années 1970.

Archives Jean Sinsout,  carte d'identité du sénateur

 

 

 

Réunion du Crédit agricole mutuel du Sud-Ouest dans les années 1960, archives Jean Sinsout

 

 

Les Commentaires

Aucun commentaire
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | addicious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |
Article précédent : La Réforme (XVIe-XVIIIe)Article suivant : Elisée Reclus (1830-1905)