Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/VIE DE LA SOCIETE/Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014

12/06/2015 - Lu 1443 fois
-Sud-Ouest / Jean-Claude Faure
-Le Résistant

 

La Grande Guerre vue du Pays foyen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Guerre vue du Pays foyen
Paul Bayle tenait à ce que ses écrits durant la guerre soient conservés.© PHOTO 
REPRODUCTION J.-C. F.
A

près une exposition remarquée, l'association Les Amis de Sainte-Foy et sa région publient un cahier spécial (n°102-103) consacré à la Première Guerre mondiale telle qu'elle a été vécue par les Foyens. Ce cahier regroupe des traces écrites, des récits sur le vif de soldats, tous apparentés au Pays foyen, et de leur participation au conflit. Ces témoignages ont été retrouvés dans les familles. Ils resurgissent du passé tout aussi poignants, un siècle plus tard. Ils s'appelaient René-Pierre, André, Paul ou encore Henry-Eugène. Ils avaient 18, 30 ou encore 40 ans. Ils étaient célibataires, mariés ou encore pères, agriculteurs pour beaucoup, mais aussi enseignants ou encore médecins.

Ce vécu, c'est aussi celui des femmes. Infirmières, cantinières, ouvrières et paysannes de l'arrière, travaillant à la place des hommes au front et subissant ce conflit mondial. « Cette guerre totale, sans merci, a impliqué toute la Nation : la conscription, pilier de la démocratie républicaine, combinée à une production industrielle d'armes de destruction massive, engendre une hécatombe sans précédent », explique dans la préface Jeanne Vigouroux, la secrétaire de l'association. 386 morts au combat sont dénombrés sur les 15 cités de la Communauté de communes du Pays foyen, dont les noms seront gravés sur les monuments érigés sur chaque place de village.

« Un pari un peu fou »

L'association ne se doutait pas de l'ampleur qu'allait prendre ce travail sur la guerre 1914-1918. « Au départ, c'était un pari un peu fou : éditer un numéro spécial Grande Guerre et proposer une exposition en parallèle, alors que nous ne savions pas ce que pouvait nous apporter la collecte que nous avons lancée cet été. Nous partions de la table rase, explique le président Jacques Puyaubert. En réalité, les gens ont répondu au-delà de nos espérances. Si bien que notre cahier est rapidement passé de 100 à 170 pages, enfin, au total, 210 pages. »

De fait, les soldats eux-mêmes avaient conscience de l'importance que pourraient prendre leur témoignage à l'avenir : « Gardez-les ces lettres… », écrivait par exemple Auguste-Paul Bayle à sa famille en Pays foyen. Engagé volontaire en août 1914 à 17 ans, il sera blessé quatre fois durant la guerre et décédera le 14 décembre 1974 à l'âge de 78 ans.

Mais Les Amis de Sainte-Foy et sa région ne compte pas en rester là : « Nous avons mené un travail de mémoire de longue haleine que nous allons poursuivre pendant encore plusieurs années », précise Jacques Puyaubert.

Jean-Claude Faure

Le cahier « Mémoires de la Grande Guerre en Pays foyen » est disponible à l'office de tourisme au 102, rue de la République 33220 Sainte-Foy-La Grande ou à La Vitrine du Pays foyen, Grand Pineuilh.

 

 

 

 

             Le Résistant  N°3575  du  19 juin 2014

 

 

 

 

 

 

Souleillou, l’enfer du 5 août 1944

 

 

 

 

 

 

 

Souleillou, l’enfer du 5 août 1944
Les anciens combattants du Fleix et de Saint-Méard-de-Gurçon, ici devant la stèle de Souleillou le 8 mai dernier, se sont associés à ceux de Sainte-Foy-la-Grande (33) et Port-Sainte-Foy lors d’une journée dédiée à la Résistance le 29 mai.© PHOTO 
PHOTO ARCHIVES JACQUES BOUJOU
V

endredi 4 août 1944, à 7 heures, Sainte-Foy-la-Grande, en Gironde, se trouve encerclée par une puissante colonne allemande d'environ 1 200 hommes comprenant, outre des Russes blancs à cheval, une quinzaine de Français de la formation Karolus. L'invitation à la délation lancée le matin même n'ayant eu aucun succès, à défaut de coupables, il faut des victimes.

Six familles juives sont arrêtées. Les femmes et les enfants seront relâchés le lendemain sans avoir reçu la moindre nourriture. Quant aux hommes, emmenés au Fleix, ils sont massacrés dans les bois de Souleillou, au-dessus de la route qui mène vers Fougueyrolles, dans la soirée du 5 août.

Tous les cadavres sont mutilés, l'un d'eux sera même retrouvé sans tête. Au retour de cette expédition, on chante dans le camion qui ramène les assassins au Fleix. Le Horst Wesel ? Non. La Madelon, dans le plus pur accent français !

Ce terrible récit, extrait du livre de Jean Corriger, « La libération de Sainte-Foy », publié fin 1945, sous les auspices du Comité de Libération de Sainte-Foy-la-Grande, a été préfacé par Bergeret, chef de la Résistance Dordogne-Sud.

Curiosité d'enfants

Claude Darche, Fleixois qui a suivi les travaux de rénovation de la stèle de Souleillou, témoigne : « Un vallon sépare Souleillou de Gilet. J'avais neuf ans et avec un copain, Xavier Bourris, nous étions en face, sur l'autre versant, sur le plateau du château de Gilet. Nous avons entendu les coups de feu. Animés par notre curiosité de gamins, nous nous sommes rendus sur les lieux, lorsque le calme fut revenu. Ils leur avaient fait creuser un semblant de tombe, on voyait les crânes qui dépassaient du sol ainsi que les pieds. Heureusement que des soldats n'étaient pas restés en faction, nous aurions payé cher notre inconscience ! À notre retour, nous n'en avons pas parlé tout de suite. »

Jacques Boujou

L'association Les Amis de Sainte-Foy et de sa région a publié en 2010 un cahier intitulé « Les juifs à Sainte-Foy-la-Grande, 1939/1945, témoignages ».

 

pour consulter le N° 96-97 cahier n° 2 et  1  vous pouvez cliquer ici

pour consulter le N° 99 cahier n° 2  Article connexe  vous pouvez cliquer ici 

 

 

 

 

La Grande Guerre vue d’ici  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Guerre vue d’ici
Les Amis de Sainte-Foy préparent l’exposition depuis un an.© PHOTO  
PH. DR

 

 

L

'exposition réalisée par l'association Les Amis de Sainte-Foy et sa région, intitulée « Mémoires de la Grande Guerre en Pays foyen », sera sans doute un des événements culturels du printemps dans la bastide. Le président Jacques Puyaubert et ses amis collectent depuis plus d'un an des documents auprès des particuliers résidant dans la vallée. 10 panneaux permettront de mettre en lumière quelques Poilus à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale.

« Gardez-les, ces lettres, si je reviens », écrivait Paul Bayle aux siens pendant le conflit. Engagé volontaire en août 1914, alors qu'il n'a pas 18 ans, il effectuera toute la guerre et sera blessé à cinq reprises. Un héros « ordinaire » parmi tant d'autres qui aura, lui, le bonheur de revenir au pays. Léon-Pierre Rambaud aura moins de chance, tout comme Paul-Émile Larthomas ou encore Pierre Chaugier, dont les noms sont inscrits sur les monuments aux morts du canton parmi 386 autres. 800 blessés dont 200 invalides seront aussi à dénombrer dans cette hécatombe.

Les Amis de Sainte-Foy présenteront également des tableaux, cartes des batailles, lettres, photographies, armes et obus. « Nous exauçons cette prière (celle de Paul Bayle) en présentant les souvenirs des soldats originaires du Pays foyen qui ont payé un lourd tribut, explique Jacques Puyaubert. Des écrits bouleversants et reliques émouvantes d'hommes jeunes au destin tragique ou qui ont survécu, mais à quel prix ! À la fin des hostilités, les survivants, militaires et civils, se sont fait un devoir de rendre hommage aux nombreux disparus, alors que les familles gardaient enfoui leur chagrin. Un siècle plus tard, les descendants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, n'ont pas oublié. »

C'est l'occasion aussi pour la Société scientifique d'histoire locale de présenter le numéro spécial de son cahier portant le même titre. Elle tiendra son assemblée générale samedi 24 mai, à 9 h 45, à la salle Paul-Bert, sur l'avenue du même nom.

Pratique. Exposition salle Broca du dimanche 25 mai au mardi 3 juin, de 10 heures à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30. Vernissage samedi 31 mai à 11 heures.

Jean-Claude Faure

 

 

La Grande Guerre en images

 

La Grande Guerre en images
S

amedi 31 mai, les Amis de Sainte-Foy et sa région ont assisté au vernissage de leur exposition Mémoires de la Grande Guerre en Pays foyen, avec Christophe Chalard et Robert Provain. Cette exposition remarquée se conclura ce mardi soir à 18 h 30. PHOTO JEAN-CLAUDE FAURE

 

Les Commentaires

Aucun commentaire
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | addicious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |
Article précédent : Vie de la Société 2014Article suivant : Sommaire